De l’europe :

Intéressant amuse gueule :

http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2013-05-05-allemagne

Plus sérieux, neuro-science, epistémologie de l’économie, ordre des faits sociaux, …
Sur Chypre, mais c’est le prétexte.
Frédéric Lordon, et Olivier Berruyer, dans une excellente émission de « @rrêt sur images ».
J’ai écouté avec un Bolivar…  pur délice :

http://www.youtube.com/watch?v=eHjE5Q8woCU

Pour le reste on suit le pétrole peut -être ? …

Posted in Général | Commentaires fermés

Comments are closed.

Notes sur l’or :

La demande augmente mais le prix baisse !

Ici :
Il semble que les ménagères chinoises supportent le prix de l’or.
http://english.people.com.cn/90778/8229423.html

Plus sérieux, et écrit le lendemain de la chute de l’or :
http://www.paulcraigroberts.org/2013/04/16/update-to-the-update-the-attack-on-gold-paul-craig-roberts/

Posted in Général | Commentaires fermés

Comments are closed.

Notes:

Ici quelques liens pour ne pas perdre le Nord.

Profitez !

http://www.paulcraigroberts.org/2013/04/28/recovery-for-the-7-percent-paul-craig-roberts/

Le type vous semble extrême ? Pourtant :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Craig_Roberts

Un classique, en souvenir :
http://www.youtube.com/watch?v=j69Ap4lndl0

Cauchemars garantie:

http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=3902

Pour le rêve :
http://www.youtube.com/watch?v=cejxjT_4GA4

Carpe diem !

Posted in Général | Commentaires fermés

Comments are closed.

Avancez par en arrière !

Dernièrement j’ai commencé a faire mon yaourt, parce que sur le marché il commençait à être difficile de s’en procurer du bon. Même chose pour le pain,  j’ai une machine. Heureusement un boulanger a ouvert au coin de la rue, ouf !!!  Même avec la machine, le pain, c’est pas facile. Je m’informe pour acheter de la présure pour faire du fromage, il n’y a plus moyen de trouver du mozzarella fait avec du lait, (il est maintenant fait avec des protéines de lait ou pire …) . On dit aussi que le beurre est vraiment meilleur lorsqu’il vient d’être baratté, un goût que je ne connais pas. Je disais a ma copine après avoir usé en quelques semaines des pantalons qu’il faudra se mettre à la couture, et même au cuir, les souliers sont aussi de très mauvaise qualité. Tous même ceux à 150 $, le prix c’est que le look, la demande , ça n’a rien a voir avec le coût de fabrication maintenant.

Mais je n’aurais pas cru que nous devions un jour créer notre propre information …

Mais bon, un site web ça coute pas mal moins qu’une presse rotative … on peut s’en sortir.

Allez, aux rames galériens  !!!  La chiourme est certaine d’une chose, elle sait d’ou elle vient, elle saura donc surement trouver le chemin plus sagement que l’oracle du moment. Pour les autres, avancez par en arrière et rappelez vous que des bottes ça se donnaient en testament il y a moins de 100 ans (j’ai l’archive) !!!

 

Posted in Général | Commentaires fermés

Comments are closed.

La main invisible ou les culottes du roi

J’ai un ami qui a démarré une entreprise d’hébergement web (location de serveurs) il y a 5 ou 6 ans. Tout allait bien et à chaque fois que je le voyais, il y avait du nouveau : 2, 3, 4, 10 employés, (et très bien payé … ) Un chiffre d’affaire qui double tous les 6-8 mois.

Il y avait des dizaines d’entreprises comme la sienne à Montréal.  Il investissait tous les profits en développement. Il espérait avec raison frapper le circuit, il avait des chances.

Dans ce secteur, plusieurs bonnes idées ont émergées. On sentait la « drive ». Un nouveau continent s’ouvrait.

La dynamique du  développement s’articulait en deux temps. On traduit les logiciels et on développe le marché franco jusqu’alors oublié par les majors du secteur. Ce mini marché (amérique francophone) alimente les entrées de fond qui permettent de développer en français, puis après rodage, si c’est rentable ici, on traduit en anglais mais surtout en espagnol, les hispano aussi étant oublié des grands de ce secteur.

Puis une entreprise québécoise de ce même secteur c’est inscrite en bourse, elle n’a jamais fait de profit depuis. Mais elle a des fonds illimités. Du capital à ne plus savoir quoi en faire. Google s’y est intéressé, elle y a investie. Et hop vieille technique éprouvé, cette entreprise a lavé le marché, les prix des services ont été divisé pas 3 ou 4, rendant le secteur plus du tout rentable. Pour personne. La qualité du services a été totalement nivelé. Tous ce qui est hors normes coûte désormais une fortune, ou n’est tout simplement plus disponible. « Cette application n’est plus supporté … » Le client doit alors investir beaucoup en programmation pour se conformer aux nouveaux standards imposés.

Tous les petits ont fermés ou ont changés de secteur. Mon copain n’a plus d’employé. Ne vous inquiétez pas pour lui il gagne bien sa vie. En programmation la vie est facile, il y a des besoins énormes dans ce domaine.

L’entreprise qui a prit le marché fonctionne toujours à perte, aucun exercice rentable depuis son entrée en bourse. Elle a juste prit toute la place, inondé le marché d’offres imbattables grâce à du capital gratuit, et ne permet pas a d’autre d’y participer. Elle se vante d’avoir 70 % du marché et d’avoir toujours une progression de ses ventes, même si chaque vente augmente sa perte. Les gestionnaires espèrent peut être qu’une fée passera et rendra le secteur rentable à nouveau, ou peut-être ils regardent leur marché comme un avare regarde ses pièces d’or sans en dépenser aucune …

Dans un monde artificiel ou emprunter 1000 millions ne coûte rien, et ou devoir 100 $ coûte 2 % par mois, comment s’étonner de pareilles distorsions.

Si dans cette histoire la main est invisible c’est tout simplement parce qu’elle n’existe pas.

Il n’y a ni main ni culotte et le roi est nu.

Une autre preuve que l’économie n’a rien de naturel et qu’elle est une oeuvre bâtie à main d’homme, à notre image elle reflète notre société. Mais son inertie interne et la stabilité inhérente qu’elle doit maintenir pour assurer les échanges la positionne parfois en porte-a faux avec les besoins du corps social, limitant l’efficacité des échanges et donc de la richesse et de sa répartition. L’heure est au changement.

Posted in Général | Commentaires fermés

Comments are closed.

Accumulation de la richesse et la croissances, ce que dirait Adam Smith…


Les lois du marché: la main invisible et l’égoïsme en concurrence donne un résultat inattendu ; « l’harmonie sociale ».
- Adam Smith

Chaque agent économique se préoccupe de son intérêt égoïste. Mais si un agent économique profite de sa position dominante,  si un profit est intéressant dans un secteur, plusieurs seront  tentés d’exploiter ce marché et les prix se stabiliseront. Ça c’est la théorie.

Mais en pratique ce système d’équilibrage  ne peut fonctionner dans notre monde développé ou les règles du marché sont faussées.  Non seulement tous les marchés sont occupés et toutes les niches biens exploitées par des sociétés en position dominante mais l’accès facile au capital leur permet d’écraser un petit concurrent sans aucun soucis. De plus,  la domination des réseaux de distribution leur permet de négocier toute innovation à rabais, de la faire interdire, ou pire de la voler carrément.

J’ai en mémoire la triste histoire d’un petit entrepreneur qui fabriquait des manteaux de foyer. Il a proposé son produit à une grande surface populaire. Après quelques contacts, la grande entreprise était intéressé au produit mais elle ne laissait que des miettes à l’entrepreneur. Il aurait mieux fait d’accepter le marché truqué car  il n’a finalement rien eu, l’année suivante le produit était disponible dans tous les points de ventes du pays, sans aucune autre discussion…

On pourra noter la difficulté d’une entreprise spécialisé qui produit le T-Rex par exemple, de faire homologuer son produit (plus de 10 ans je crois), nécessitant pour le conducteur un permis de moto, alors qu’une grande entreprise avec un véhicule vaguement semblable, bien que moins performant, y est arrivé bien plus rapidement et au Canada un permis de voiture suffit !

La plus grande partie de l’argent (ou de la valeur généré par)  des citoyens est utilisée pour acheter des services essentiels à des entreprises qui ont des positions dominantes : alimentation, énergie, communications, transports, santé, assurances, éducation, services publiques (par les impôts),  même l’habitation (par le coût du capital).

Après avoir payé ces biens essentiels il ne reste qu’une partie congrue pour alimenter le marché dit réellement « libre » ou un petit entrepreneur pourra peut-être appliquer le principe qu’Adam Smith voit comme la barrière à l’abus de la concentration des capitaux.

À  moins d’être un professionnel, et vouloir ouvrir un cabinet : avocats, notaires, comptables… il reste pour l’entrepreneur innovateur : le loisir, les arts,  le vêtement … les petits immeubles à logements (bravo l’innovation!) , et peut-être la puériculture, créneau encore fortement sollicité actuellement …

O. K.  Adam, nous dirait peut-être :

« La population s’accroissant, le capital s’accumulant, la division du travail s’approfondissant, la production (et donc la richesse) par habitant doit augmenter. »

Merci du tuyau, Adam,  … on connaît…

Il aurait été content je crois du discours d’Obama, éducation, productivité, baisse de la taxe sur la masse salariale, la reconnaissance de la valeur du travail…

Mais surtout il serait probablement étonné par l’inégalité de l’accroissement du capital dans une société si développé, ou 98 % des citoyens savent lire et écrire ! Mais comment en est-on arrivé là ?

Posted in Général | Commentaires fermés

Comments are closed.

LA SPÉCULATION

Bien des «principes » financiers ne sont plus à la mode depuis quelques années.  Qu’il suffise de penser au « buy and hold ».  La spéculation à bien des égards est maintenant plus à la mode.

Je ferai abstraction des métaux précieux comme l’or qui est l’objet d’une sérieuse bulle comme l’écrivait M. Pouliot récemment dans Les Affaires.  Le pétrole, selon moi, est un exemple parfait de toute cette spéculation qui règne actuellement sur les marchés.

Évidemment, les «bonzes » du pétrole nous scient les oreilles avec le « peak » pétrolier et la différence qu’il faut faire maintenant entre le prix du baril de pétrole et le prix du litre d’essence (entre autres).

La vérité c’est que la spéculation gouverne le prix de cette commodité.  En juin 2008, le baril se transigeait à ± 147 $.  En fin 2008, il était parvenu à ± 30 $.  Aujourd’hui, il se transige à ± 86 $.

Maintenant, y a-t-il quelqu’un dans la « maison » qui peut nous expliquer où est le « peak » pétrolier dans cet historique de prix et pourquoi on paie aujourd’hui environ 1,40 $ le litre d’essence à 86 $ le baril alors qu’on en payait le même prix à 147 $ le baril, il y a à peine quelques années ????

Beau sujet de discussion, n’est-ce pas !

Posted in Général | 2 Comments

2 Responses to LA SPÉCULATION

  1. Fort says:

    Le marche petrolier est difficile a comprendre, souvent floue: etat des reserves en Arabie Saoudite, reserves decouvertes non repertories parce que le petrole est le nerd de la guerre, oscillation quotidienne, profit juteux, impact sur l`envirronement, etc.

  2. Favori says:

    Faut voir c’est quand la pénurie, si c’est dans 50 ans, … ça ne devrait pas changer tellement le prix à la pompe …
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Actualisation

À vos claviers !

Nous avons besoin de vous !

Le site a maintenant plus d’une semaine, et je crois qu’il est temps de se parler entre 2 écrans…

Vous êtes en moyenne 58,67 à passer tous les jours sur le site. Hier vous étiez 43. C’est amplement suffisant pour avoir une espace vivant et dynamique. Le site doit être collaboratif et l’objectif est de faire connaître vos opinions sur l’actualité économique. Les billets sont un prétexte à démarrer la discussion.

Nous l’avons ouvert pour ceux qui sont « en manque » depuis que le blog de M. Dufour n’est plus actif et en attendant de voir la suite. Beaucoup d’informations de grande valeur ont été diffusées dans ce blog presque « mythique » qui était un oasis de clarté et de liberté d’opinions. Je trouvais probablement comme plusieurs que cet espace ne devait pas se perdre et devait faire partie des acquis du web.

L’uniformité de l’information actuellement diffusée doit nous stimuler à écrire et à faire partager notre vision, nos trouvailles, notre compréhension ou nos interrogations.
Le contact avec la réalité, l’information juste, est une valeur inestimable pour les investisseurs.

Voilà, à vos claviers, ne soyez pas timides, ce blog est notre espace.

Posted in Général | Commentaires fermés

Comments are closed.

Pas d’emploi !

Boom !

Aucune création d’emploi aux États-Unis…

Posted in Général | Commentaires fermés

Comments are closed.

Lecture d’occasion pour la fête de travail

Nouveauté :
« Je ne suis pas une compagnie ! » de Michel Perreault
L’intrusion des valeurs corporatives dans notre intimité

Michel Perrault docteur en psychologie, nous propose un essai intéressant sur l’intégration des valeurs corporatives dans notre vie privé.

Il semble que notre tendance à l’anthropomorphisme, nous amène à considérer les corporations comme des personnes alors que ce ne sont que des objets. Même dans la loi on utilise le terme « personne morale » pour désigner cet objet.
« L’adoption d’un mode de vie centré sur la consommation et le travail entraîne (…) de multiples troubles d’adaptation. (…) Les réflexes généralement observés chez ces gens pour résoudre leurs troubles personnels sont de recourir aux modes de résolutions de problèmes qu’ils maîtrisent le mieux c’est-à-dire à ceux là même des entreprises. »

Si certaines valeurs corporatives pourraient être considérées positives pour l’activité humaine la plupart ne sont ni applicables ni raisonnables, d’autres s’avèrent profondément néfastes à la vie sociale et provoquent des pathologies graves.

Comparant allégrement,  parfois avec des tableaux, les caractéristiques de notre vie à celles des entreprises :  longévité, reproduction,  développement, besoins, Perrault nous propose une réflexion amusante mais sérieuse des valeurs dominantes de notre société.

Bonne lecture pour la fête du travail !

Posted in Lectures | Commentaires fermés

Comments are closed.